« Sur le concept du visage du fils de Dieu » Romeo Castellucci


La Societas Raffaello Sanzio, je l’ai déjà vue à 15 ans, dans ma petite ville, avec ma classe de lycée. C’était Giulio Cesare. Ce fut un choc.

Sur le concept du visage du fils de Dieu est un œuvre féroce, à laquelle on ne peut pas rester indifférent. Elle nous prendre à la gorge.  La pièce est centrée sur la relation  entre un père incontinent et son fils. L’amour du fils est difficile. Son père a un crise de diarrhée alors que le fils doit partir au travail. Malgré son empressement, il ne peut pas s’empêcher de laver son père. L’histoire est simple, prosaïque. Mais ce n’est pas une vraie histoire, c’est plutôt la représentation d’une condition. La condition pénible du fils. Le début de la pièce est très télévisuelle, on a l’impression d’être dans une sit-com. Mais en quelques minutes la situation devient irréelle: le père se liquéfie sur le plateau.

Dans toute la pièce il y a un énorme visage du Christ, peint par Antonello da Messina, qui nous regarde dans les yeux. Un regard très puissant qui nous met en face de nos propres regards de spectateurs. « Il nous fixe dans les yeux, une particularité bizarre pour des tableaux de cette époque. Le spectateur est sans cesse observé par le visage de Dieu, jusqu’à la fin, quand progressivement, le visage est envahi par le noir et caché par un voile noir… ».

Castellucci a créé une pièce théâtrale qui est en même temps un enchaînement de tableaux vivants. Des tableaux terribles, terrifiants avec comme matière la réalité. C’est extraordinaire. Un théâtre tellement vivant, fort et puissant.

Publicités

5 réflexions sur “« Sur le concept du visage du fils de Dieu » Romeo Castellucci

  1. Bonjour à vous tous,
    L’heure est vraiment très grave!
    A vous tous qui avait pu voir cette pièce de théâtre ainsi que la pièce « Golgotha picnic » du realisateur Roméo Castellucci, et à ceux qui se projette de les voir, je souhaite vous dire que cela est extrêmement grave et déplorable de représenter Jésus Christ ainsi. C’est une vraie moquerie envers Lui, un abaissement de Sa personne!
    QUELLE TRAGEDIE!!!
    Nous sommes véritablement dans un monde sans repères et sans valeurs, un monde qui court à sa perte!!
    Dans la Bible, il est écrit:  » On ne se moque pas de Dieu ».
    Quel blasphème envers Dieu, le Sauveur du monde, Lui qui est PARFAIT et qui a tout fait pour nous, Il est mort à notre place, à cause de nos péchés puis Il est ressuscité pour règner dans les cieux afin d’être avec nous chaque jour!

    Soyons vigilant car encore une fois l’heure est grave!!

  2. Merci pour cette critique de qualité, je ne verrai pas cette pièce en raison de la distance.
    Le plus terrible est sans doute ce Christ omniprésent qui ne juge ni n’accuse cette humanité qui a pourtant bafoué son message depuis 2000 ans et ose se battre en son nom. Cette pièce est peu à côté de ce qui se passe sur terre au quotidien.

  3. rien que de lire la critique, je me félicite de ne pas avoir été voir cette pièce, ce que j’ai faillit faire par curiosité après la pitoyable prestation de ces guignols intégristes.
    Ce n’est pas tant le truc du visage du Christ qui me gène, car cette polémique n’est qu’un prétexte utilisé par certains pour se faire de la pub. Si je ne souhaite pas y aller, c’est que, franchement, l’incontinence au théâtre, avec des trucs crus et franchement écœurants, accompagner de surcroit d’une odeur pestilentielle, pour moi, c’est non. Si je vais au théâtre, c’est pour me détendre et passer une bonne soirée, pas pour sortir de là en ayant envie de dégobiller.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s